Découvrir

4

Découvrir la polyvalence de nos agents : rencontre avec Olivier, 25 ans d’expérience en gare et dans les trains!

07092017

Pour vous parler du RER A, il n’est pas question pour moi de rester toute la journée derrière mon ordinateur ! Aussi, je me rends régulièrement sur le terrain pour échanger avec les agents qui travaillent à votre service sur la ligne A du RER, parfois en gare et parfois même pendant la nuit,  comme ce fut le cas lors de ma visite du chantier de Saint-Maur. Au fil de mes billets, je partage ensuite ces expériences avec vous.

C’est en allant à la rencontre des agents des gares de la branche de Marne-la-Vallée – Chessy, que j’ai rencontré Olivier, qui travaille à la RATP depuis 25 ans. Il est « manager ligne » dans ce secteur, c’est-à-dire qu’il encadre une quinzaine d’agents. Et le saviez-vous, il lui arrive même de conduire des trains, notamment en cas d’incident ! J’ai souhaité partager ici, avec vous, son expérience des coulisses de notre ligne.

Bonjour Olivier. Depuis quand travailles-tu pour la ligne A ? Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton parcours ?

Je suis rentré à la RATP en février  1993 et je travaille sur la ligne A depuis juin 2000. Au départ, j’étais « chef de gare » à Rueil-Malmaison. Le « chef de gare », c’est celui qui supervise  accompagne les conducteurs dans leurs missions, au quotidien. Il est à la fois leur référent, généralement pour une quinzaine de conducteurs. A ce titre, c’est lui qui s’assure que toutes les conditions sont réunies pour conduire les trains. Il vérifie que l’offre de transport  prévue pour une journée donnée se déroule correctement, c’est-à-dire selon l’organisation du travail prédéterminée : tel conducteur conduit telle mission, etc.

C’est aussi le « chef de gare » qui est chargé de la formation continue de « ses » conducteurs. Il connait parfaitement la règlementation ferroviaires et les nouvelles instructions.

En tant que référent de formation de l’attachement de conduite, je faisais 80 jours de formation par an, ce qui est énorme. D’ailleurs, le « chef de gare » a son permis. Enfin, on ne parle pas de permis sur le RER, il s’agit d’une « autorisation de conduite » en réalité !

Le « chef de gare » connaît donc parfaitement les RER et c’est lui qui intervient en cas de panne. Il lui faut faire une enquête lors d’un incident qui occasionne du retard : chercher la cause et donner des explications.  En fait, généralement les pannes, ce sont des petites choses. Et souvent les mêmes petites choses… Le chef de gare le sait, il peut intervenir et régler le problème très rapidement !

As-tu été conducteur de métro auparavant, pour obtenir cette autorisation de conduite ?

Alors effectivement, les conducteurs de RER à la RATP sont recrutés parmi les conducteurs du métro, à la fin de leur carrière, qui eux même peuvent être recrutés parmi les machinistes, c’est-à-dire les conducteurs de bus. [NDLR : Ce qui n’est pas le cas des conducteurs de la SNCF qui sont conducteurs de RER en début de carrière, voir mon billet : https://rera-leblog.fr/acheres-garage-conducteurs-sncf/]

Mais, non : je n’ai jamais été conducteur. J’ai commencé en tant qu’agent des gares !

Il y a 6 ans maintenant, j’ai accédé, par le biais d’un concours interne, au statut d’ « agent de maitrise polyvalent ». La formation comportait plusieurs modules, dont cette fameuse autorisation de conduite du RER en 3 mois. Mais attention, il faut savoir que l’on a l’autorisation de conduire uniquement sur une ligne, parce que chaque ligne a ses spécificités : le matériel, les voies sont différents, … C’est la raison pour laquelle je ne peux conduire QUE sur la ligne A.

Quelles sont tes activités au quotidien aujourd’hui, en tant que « manager ligne » ?

Après avoir été chef de gare pendant 4 ans, j’ai postulé pour un poste d’encadrant en gare. C’est un endroit que je connaissais bien en tant qu’agent, mais je voulais évoluer pour devenir encadrant justement.

Actuellement, comme moi, sur la A, nous sommes 44 « managers ligne » au total [pour les branches Saint Germain, Boissy, Marne la Vallée et le centre de Paris] et 10 pour le secteur Nord-Est uniquement. J’encadre environ 15 agents et je me déplace sur le terrain pour leur donner des directives, les accompagner.

La spécificité de ce poste, c’est d’être amené à conduire les trains en cas d’incident ou d’avarie ou s’il y a un accident grave de voyageur, par exemple. En effet, après avoir été témoin d’un tel événement, le conducteur ne conduit plus son train.

Très concrètement, pour gérer chaque incident et assurer la sécurité des voyageurs, qu’il faille ou non conduire un train d’ailleurs, je me rends immédiatement sur place en voiture. A partir de là, je dois être en lien permanent avec le poste de commandes et de contrôles centralisé de la ligne A (PCC) et/ou la Permanence générale de la RATP -qui se charge de contacter les secours et les forces de l’ordre et alerte les passagers- pour rendre compte, en temps réel, du déroulement de l’incident.

Et il t’arrive aussi de passer du temps en gare au service des voyageurs ?

Oui, parfois j’accompagne les agents sur le terrain. Je peux les conseiller et partager mon expérience aussi. Lorsqu’un stand d’information est organisé, par exemple, je veille à ce que les agents disposent de toutes les informations nécessaires pour répondre aux voyageurs.

Ainsi, en gare de Marne-la-Vallée, nous avons vécu une affluence exceptionnelle les 18 et 19 mars derniers. La gare de Lyon était fermée et beaucoup de TGV -et donc de voyageurs- arrivaient dans cette gare. Pour les accompagner à leur arrivée et les orienter au mieux, les équipes d’agents sur place ont été renforcées. J’étais là pour m’assurer que tout se passe bien.

Nous avons notamment expérimenté une vente itinérante de billets dans la gare. C’est une nouvelle façon de vendre pour nos agents. Cela permets de réduire les files d’attentes au guichet ou aux automates de vente, notamment parce qu’à Marne-la-Vallée, c’est un TGV entier de voyageurs qui se déverse en quelques minutes dans la gare pour prendre le RER ! Les voyageurs ont  vraiment beaucoup apprécié. L’un d’entre eux m’a même proposé un pourboire, c’est dire!

Plus sérieusement, nous avons un vrai problème de revente à la sauvette de faux titres de transport, notamment dans les grandes gares parisiennes. Certains voyageurs pressés ou des touristes, malheureusement, achètent ces tickets qui ne sont pas valables, pour éviter les files d’attente, et ce malgré des messages d’avertissements et des affiches en gare pour mettre en garde nos voyageurs contre ce type d’escroquerie. En l’occurrence, seuls nos agents sont habilités à vendre nos titres de transport et ils portent tous un uniforme, on ne peut pas se tromper !

Vendeurs à la sauvette : des affiches de sensibilisation ont été installées en gare d’Auber. D’ici le mois d'octobre, le même type de supports sera installé dans les gares de La Défense et de Chessy.
Vendeurs à la sauvette : des affiches de sensibilisation ont été installées en gare d’Auber. D’ici le mois d’octobre, le même type de supports sera installé dans les gares de La Défense et de Chessy.

 

Finalement, l’opération de vente itinérante -officielle celle-ci !- menée à Marne-la-Vallée au mois de mars a tellement bien marché que nous envisageons de renouveler et même d’étendre cette pratique à d’autres gares !


Ce serait en effet un service supplémentaire qui pourrait encore faciliter la vie de nos voyageurs. A suivre, donc. Merci beaucoup pour ce témoignage Olivier. Les voyageurs te retrouveront prochainement en gare !

À lire également

La double vie de Gautier Simounet: athlète de haut niveau et à votre service sur la ligne A

De La Défense à Saint-Germain : Rencontre avec un assistant d’exploitation du RER A

Maisons-Laffitte-Achères-Conflans: Rencontre avec Mounir et Yan, vos interlocuteurs en gare

Laisser un commentaire

Publier un commentaire signifie agréer la charte du blog.
Vous souhaitez contribuer sur un sujet qui n'est pas celui du billet ? Proposez votre sujet à l'auteure.

  • philippoux

    Merci pour cet article mais à quand un sur le problème de la relève à Nanterre ?

  • philippoux

    Au lieu de ces articles, pourriez vous nous parler des problemes de ce matin: panne électrique enter HCS et NP :plus de RER durant plus d’une heure en hyper pointe. Ino défaillante, les annonces qui nous disent comme tous les jours (à sartrouville) comment aller à Poissy. A Nanterre U, les agents se planquent entre deux escaliers pour « éviter » les clients. Dans cette même gare, il y a deux annonces en meme temps: c’est inaudible. Vous allez nous dire qu’il y avait une annonce RATP et une autre sur le coté SNCF ?
    Cette situation est lamentable car malgré des RER neufs, des tvx tout le temps, cela empire.

    • Nad82

      Encore et encore matin et soir toute la semaine et le Stif veut augmenter notre Navigo.Lamentable. !!!

  • cmfr

    100% d’accord avec philippoux!!!