Découvrir

4

Un accès exclusif aux ateliers de maintenance de Sucy

30072019

Mercredi 24 juillet, après-midi, Milo, votre interlocuteur sur Twitter, et moi avons retrouvé les gagnants du jeu concours organisé cet été sur le blog, pour une visite des ateliers de maintenance de Sucy. Retour en images sur un accès VIP aux coulisses du RER A.

Cécilia, Denis, Sébastien, Xavier, Théo, Antoine, Michel, Rémi et Tony* ont bravé la canicule pour nous rejoindre en gare de Sucy-Bonneuil, mercredi dernier en début d’après-midi. Heureusement, Romain Couret, adjoint au responsable de la maintenance préventive pour le RER A à Sucy, qui fut également notre guide pour cette visite, et Richard L’Official, responsable des ateliers de maintenance des trains de la ligne A au RER, nous ont proposé un rafraichissement dès notre arrivée : une pause indispensable après une marche d’une dizaine de minutes pour accéder aux ateliers, sous une chaleur écrasante.

Priorité à la sécurité des circulations

Pendant que nous nous désaltérions et avant même de nous équiper des chaussures de sécurité et casques indispensables pour accéder aux ateliers, Richard nous rappelle que sur la ligne A du RER, la maintenance des trains est assurée par la RATP et qu’elle se fait au long cours. En effet, la sécurité ferroviaire est une priorité absolue pour l’exploitation de la ligne, aussi les 140 MI09 et les 43 MI2N sont entretenus régulièrement. « On distingue la maintenance dite « Préventive » qui est planifiée en fonction des kilomètres parcourus par le train ou du cycle de vie de l’équipement de celle de la maintenance « Corrective », qui intervient lorsqu’une panne est décelée sur un train et nécessite une intervention en urgence, précise-t-il ».

Plusieurs sites de maintenances, de tailles différentes selon leur rôle, sont donc répartis sur l’ensemble de la ligne A, dont trois ateliers d’entretien pour la maintenance courante sont situés à Sucy-en-Brie, Rueil-Malmaison et Torcy. Le dispositif de maintenance est complété par un centre de dépannage des trains à Achères  et une antenne de maintenance à La Varennes sur la branche de Boissy.

L’atelier directeur se trouve sur le site de Sucy : c’est le plus important de tous. Il s’étend sur environ de 130 000 m2 le long des voies, jusqu’à la gare de Boissy-Saint-Léger, en bout de ligne. Mais c’est ce qu’il faut pour assurer la maintenance des trains de la ligne la plus fréquentée d’Europe avec 1,4 million de voyages par jour. Un nouveau hall avec 3 voies de maintenance supplémentaires est même en travaux dans l’atelier : il sera réceptionné dans les prochains mois.

La visite en images et témoignages

 L’atelier de Sucy est composé de plusieurs halls de maintenance qui permettent d’accéder à tous les niveaux des trains dessus en toiture, dessous ou à l’intérieur. Jusque-là, pour accéder aux trains, les mainteneurs empruntaient des « estacades » (c’est comme cela que l’on appelle les plateformes d’accès aux trains), avec ce nouveau hall, doté d’un quai central, comme vous pouvez le constater sur la photo, ce ne sera plus nécessaire.
L’atelier de Sucy est composé de plusieurs halls de maintenance qui permettent d’accéder à tous les niveaux des trains dessus en toiture, dessous ou à l’intérieur. Jusque-là, pour accéder aux trains, les mainteneurs empruntaient des « estacades » (c’est comme cela que l’on appelle les plateformes d’accès aux trains), avec ce nouveau hall, doté d’un quai central, comme vous pouvez le constater sur la photo, ce ne sera plus nécessaire.

 

Sur la ligne A, chaque train est composé de cinq voitures, pour une longueur de 112 mètres et 4,32 mètres de hauteur. Ils pèsent environ 285 tonnes. Pour accéder au-dessous du train, des fosses sont accessibles sous les voies sur pilotis. Nos visiteurs se sont montrés très impressionnés par cette étape de la visite, comme Rémi : « Si la toiture est facile à imaginer, tout ce qui se passe sous le train, c’est assez exceptionnel de pouvoir le voir : l’attelage, les bogies, tous les systèmes liés à la signalisation, au freinage, au pilotage automatique… C’est vraiment très impressionnant ! »
Sur la ligne A, chaque train est composé de cinq voitures, pour une longueur de 112 mètres et 4,32 mètres de hauteur. Ils pèsent environ 285 tonnes. Pour accéder au-dessous du train, des fosses sont accessibles sous les voies sur pilotis. Nos visiteurs se sont montrés très impressionnés par cette étape de la visite, comme Rémi : « Si la toiture est facile à imaginer, tout ce qui se passe sous le train, c’est assez exceptionnel de pouvoir le voir : l’attelage, les bogies, tous les systèmes liés à la signalisation, au freinage, au pilotage automatique… C’est vraiment très impressionnant ! »

 

« Je souhaitais découvrir comment se passe la maintenance du RER A, m’explique Théo. Cette visite m’a fait réaliser que ce n’est pas une opération anodine, y compris pour l’attelage de deux trains ! ». En effet, sur la ligne A, généralement on fait circuler deux trains attelés. Bien évidemment, le couplement de deux éléments ne se fait pas au hasard : le conducteur approche très lentement un train vers l’autre et le couplement se fait automatiquement. Il relie les deux trains à la fois électroniquement et pneumatiquement.
« Je souhaitais découvrir comment se passe la maintenance du RER A, m’explique Théo. Cette visite m’a fait réaliser que ce n’est pas une opération anodine, y compris pour l’attelage de deux trains ! ». En effet, sur la ligne A, généralement on fait circuler deux trains attelés. Bien évidemment, le couplement de deux éléments ne se fait pas au hasard : le conducteur approche très lentement un train vers l’autre et le couplement se fait automatiquement. Il relie les deux trains à la fois électroniquement et pneumatiquement.

 

Les mainteneurs doivent également pouvoir accéder à la toiture du train, là où se trouvent notamment les pantographes : le dispositif articulé qui permet de capter le courant dans la caténaire (les câbles situés aux dessus des voies sont une Ligne Aérienne de Contact que l’on nomme « LAC »). L’une des spécificités des trains de la ligne A, exploitée à la fois par SNCF et la RATP, est la tension d’alimentation est différente sur les deux réseaux. En effet, côté RATP, l’alimentation électrique se fait sur 1500 volts continus, contre 25 000 volts en courant alternatif côté SNCF ! D’autres équipements, comme la ventilation, sont également accessibles depuis le toit du train. Évidemment toutes les opérations de maintenance à ce niveau nécessitent de couper l’alimentation électrique !
Les mainteneurs doivent également pouvoir accéder à la toiture du train, là où se trouvent notamment les pantographes : le dispositif articulé qui permet de capter le courant dans la caténaire (les câbles situés aux dessus des voies sont une Ligne Aérienne de Contact que l’on nomme « LAC »). L’une des spécificités des trains de la ligne A, exploitée à la fois par SNCF et la RATP, est la tension d’alimentation est différente sur les deux réseaux. En effet, côté RATP, l’alimentation électrique se fait sur 1500 volts continus, contre 25 000 volts en courant alternatif côté SNCF ! D’autres équipements, comme la ventilation, sont également accessibles depuis le toit du train. Évidemment toutes les opérations de maintenance à ce niveau nécessitent de couper l’alimentation électrique !

 

A l’usage, la zone de roulement des roues en contact avec le rail peut se dégrader. Avant de changer les 2 roues et son essieu sur un bogie (ce sont les chariots situés sous un train et sur lesquels sont donc fixées les « roues »), les 3 ateliers de Sucy, Rueil et Torcy sont dotés d’un « Tour En Fosse » (TEF) qui permet précisément d’usiner directement sous le train la surface de roulement des deux roues de l’essieu pour la « reprofiler », c’est-à-dire lui redonner un profil et un état de surface conformes aux normes de la sécurité ferroviaire.
A l’usage, la zone de roulement des roues en contact avec le rail peut se dégrader. Avant de changer les 2 roues et son essieu sur un bogie (ce sont les chariots situés sous un train et sur lesquels sont donc fixées les « roues »), les 3 ateliers de Sucy, Rueil et Torcy sont dotés d’un « Tour En Fosse » (TEF) qui permet précisément d’usiner directement sous le train la surface de roulement des deux roues de l’essieu pour la « reprofiler », c’est-à-dire lui redonner un profil et un état de surface conformes aux normes de la sécurité ferroviaire.

 

Des opérations de maintenance en continu

A Sucy, au quotidien, ce sont près de 150 agents de maintenance qui se relaient 22 heures sur 24 et contribuent ainsi à assurer le service en continu du RER A. Une réalité qui a particulièrement marqué nos visiteurs pendant cette visite, à l’instar de Sébastien : « J’étais curieux de découvrir comment fonctionnait un atelier de maintenance. Ce qui a particulièrement attiré mon attention, c’est le dimensionnement des équipes, le nombre de personnes qui y travaillent. Il n’y a pas d’improvisation et tout est fait avec un grand sérieux par des passionnés, des agents tous impliqués à 100%. »

Sur le chemin du retour vers la gare, j’ai pu échanger avec tous nos visiteurs qui étaient tous, comme Milo et moi d’ailleurs, ravis d’avoir pu accéder aux coulisses de la ligne et très impressionnés par la tailles des ateliers. Et Denis de souligner : « Je n’avais jamais participé à ces jeux concours organisés sur le blog, mais après cette visite je ne peux que le recommander à tous les voyageurs de la ligne ! ».

Et ce n’est pas moi qui le dis 🙂

 

La maintenance recrute !

Il y a quelque temps, je vous avais présenté Nicolas, mécanicien d’entretien au RER [cliquez ici pour lire cet entretien]. Les métiers de la maintenance vous intéressent ? Justement, environ 150 recrutements sont prévus par la RATP, dont 20 apprentis sont prévus sur l’année 2019. Tous les profils sont recherchés pour couvrir la pluralité des métiers: cliquez ici pour en savoir plus!

 

*Certains gagnants n’étaient finalement pas disponibles pour la visite. Nous avons donc invité des voyageurs tirés au sort sur la liste complémentaires.

À lire également

Rencontre avec Nicolas, «mécanicien d’entretien» de vos RER

Rencontre avec Christiane, garante de la maintenance éco-responsable de vos RER !

Laisser un commentaire

Publier un commentaire signifie agréer la charte du blog.
Vous souhaitez contribuer sur un sujet qui n'est pas celui du billet ? Proposez votre sujet à l'auteure.

  • Marine95

    Mon commentaire a peut-être moins de chances de tomber aux oubliettes ici…
    Donc encore une fois belle équipe, deux jours, deux fois le même problème, avec les mêmes conséquences, et comme toujours on ne fait rien pour régler ça (sinon ça n’arriverait pas deux jours de suite…)
    Est-ce qu’on peut nous dire à quoi servent ces interruptions incessantes si c’est pour avoir encore et toujours les mêmes problèmes ?
    Merci de me répondre, pour une fois.

  • Brijoudu93

    Merci pour ce retour