Couvre-feu : adaptation du plan de transport à partir du lundi 2 novembre

A partir du lundi 2 novembre, Le RER A adapte son offre de transport à partir de 21h00. Ces horaires sont applicables du lundi au vendredi.

Direction Boissy-Saint-Léger / Marne-la-Vallée Chessy

– En direction de Boissy-Saint-Léger : 1 train toutes les 30 minutes.
– En direction de Marne-la-Vallée Chessy : 1 train toutes les 30 minutes.
– Depuis Poissy, changement de train à La Défense.
– À partir de 22h20 : en raison de travaux, interruption entre Poissy et Sartrouville. Bus de remplacement.
– Entre Nanterre-Préfecture et Vincennes : un train toutes les 15 minutes.

Direction Saint-Germain-en-Laye / Cergy-Le Haut

– En direction de Saint-Germain-en-Laye : 1 train toutes les 30 minutes.
– En direction de Cergy-Le Haut : 1 train toutes les 30 minutes.
– En direction de Poissy, les trains partent de La Défense : 1 train toutes les 30 minutes.
– À partir de 22h20 : en raison de travaux, interruption entre Sartrouville et Poissy. Bus de remplacement.
– Entre Vincennes et Nanterre-Préfecture : un train toutes les 15 minutes.

Cliquez-ici pour télécharger la fiche horaire.

Rappel : le port du masque est obligatoire en gare et à bord des trains.

Malaise voyageur, que dois-je faire ?

Plusieurs malaises voyageurs sont survenus ces derniers temps sur votre ligne A, nous avons donc décidé de faire un point avec vous concernant la procédure et les bons réflexes à avoir.

En cas de malaise : Que faire ?

Lorsqu’un malaise voyageur survient dans un train, beaucoup de voyageurs nous demandent pourquoi on ne peut pas tout simplement sortir la personne du train et continuer notre trajet ? Tout d’abord, à moins d’être médecin, il est compliqué de détecter les raisons d’un malaise de prime abord. C’est pourquoi le premier réflexe est de ne pas le sous-estimer et de se mettre à la place de la personne une seconde. Ce n’est agréable pour personne donc n’hésitez pas à proposer votre aide à une personne qui se sent mal et à garder en tête les 2 situations suivantes :

  • Si la personne est consciente et qu’il s’agit d’un malaise léger, il est recommandé de lui demander si elle se sent capable de sortir du train et l’accompagner pour s’asseoir sur le quai. Cela facilitera sa prise en charge par les secours et parfois, être dans un espace moins confiné suffit à aller mieux ! Dans cette situation, vous pouvez utiliser les bornes situées sur les quais pour prévenir nos équipes. Pour plus d’informations sur les malaises légers, vous pouvez consulter notre précédent article sur le sujet ici.
  • Si la personne est inconsciente, son état de santé peut alors nécessiter une intervention médicale. Dans ce cas, seuls les services de secours vont pouvoir prendre les mesures appropriées pour évacuer la victime du train. Dans ce cas précis, il peut être nécessaire d’actionner le signal d’alarme pour que le train ne reparte pas avant que les secours aient pris en charge la victime. Je comprends que la situation puisse être pénible, cependant, il faut avant tout penser à la sécurité de cette personne.

Ne pas actionner systématiquement le signal d’alarme !

Pour rappel : le signal d’alarme ne doit être actionné que pour des faits qui engagent la sécurité des voyageurs et l’intégrité du train.
Je vous invite à consulter notre article sur le sujet ici.

Quand vous actionnez le signal d’alarme, le conducteur est averti par des signaux sonore et visuel, vous allez alors pouvoir entrer en communication avec lui. Celui-ci va vous poser plusieurs questions afin d’évaluer la situation. Pour faciliter l’intervention des secours, il est conseillé de donner, si vous êtes en mesure de le faire, un maximum de détails au conducteur (personne inconsciente, homme, femme, rixe, dégagement de fumée…). Il est aussi important de préciser au conducteur si l’actionnement de ce signal d’alarme est une erreur, comme cela a pu arriver à des voyageurs, descendant les escaliers avant un freinage, qui se sont accrochés au signal d’alarme pour garder l’équilibre.

Lorsque le signal d’alarme est actionné quand le train circule à une vitesse normale, le conducteur va évaluer s’il peut continuer son trajet ou non jusqu’à la prochaine gare, en fonction des informations que vous lui donnerez.

Par contre si le train est à l’arrêt (comme la signalisation peut lui imposer entre deux gares) ou si le train quitte la gare et qu’il n’a pas complètement dégagé le quai, il y aura un freinage d’urgence automatique.

Afin de pouvoir reprendre sa route, si vous voyagez à bord du MI2N, le conducteur doit sortir de cabine et marcher jusqu’à la voiture où le signal a été actionné dans le train pour réarmer le système. Sur le MI09 cette opération peut être effectuée à distance, si la présence du conducteur n’est pas nécessaire pour l’incident et uniquement s’il n’y a eu qu’un seul actionnement du signal dans le train.

Vous le constatez, une fois le signal d’alarme actionné, le conducteur mettra un certain temps à réaliser les actions nécessaires à la reprise de sa marche. Dans le cas d’un malaise, la prise en charge par les secours nécessitera d’atteindre la prochaine gare, il vaut donc mieux attendre d’être à quai pour prévenir le conducteur, si la personne n’est pas en mesure de descendre du train.

Les bons réflexes

Que vous soyez à bord ou en gare, n’hésitez pas à utiliser le numéro d’assistance, le 3117 ou 31 17 7 par SMS, depuis votre téléphone portable. Ce numéro est un relais d’appel d’urgence vers les services compétents. Il permet d’informer les secours en temps réel de la localisation de l’appel, grâce à la connaissance de la position des trains.

Si la personne consciente a pu descendre, utilisez les bornes d’appel disponibles sur les quais, vous serez alors mis en relation avec un agent qui pourra faire intervenir des équipes de secours le plus rapidement possible si besoin.

Partager cet article
commentaires 5
  1. raslepompon dit :

    Bien sûr, je suis à 100% d’accord sur le fait qu’il faut prendre les personnes en charge le + rapidement et le mieux possible, (c’est tout à fait la priorité des priorités ) mais ne croyez-vous pas que s’il y avait moins d’incidents divers sur les lignes, en amont, il y aurait moins de malaises, car les voyageurs seraient moins entassés dans des conditions indignes?
    Tiens,à l’instant sur FRANCE 3 IDF, le journal régional va évoquer le problème de l’entassement dans les transports.
    Mercredi, à 18h30, à NEUILLY SUR MARNE, le 113 A était bondé, comme pas possible.

    • Thomas dit :

      Bonjour,
      Étonnamment, les incidents n’ont pas tellement d’impact sur les malaises que l’on pourrait le penser. La grande majorité des malaises ayant lieu sur la ligne (et sur les autres aussi) sont dus à des personnes qui ne se sont pas alimentés correctement. On part de chez soit en vitesse sans prendre le temps de prendre un bon petit déjeuner et on se sent mal une fois dans le train. Evidemment, cela ne représente pas 100 % des malaises, mais une immense part.

  2. linor 9510 dit :

    Bonjour,il est intéressant de rappeler les gestes à avoir en cas de malaise.En effet,cela m’est déjà hélas arrivé,le conducteur avait été alerté via l’interphone du train, on était à Auber.Au moins,si je suis témoin d’un malaise à bord,ce que ne souhaite à personne d’en avoir où que ce soit,je saurai comment réagir.Après,cela m’est aussi arrivé sur le quai à Cergy-Préfecture en juin 2016 et il est bien de rappeler qu’il y a des bornes sur les quais car ce jour là,un usager était parti alerter les agents Transilien au guichet pendant qu’une dame et un monsieur m’ont secourue.

  3. raslepompon dit :

    Bonsoir, Thomas,

    Et quand, il y a des malaises à l’heure e pointe du soir, celà voudrait dire que les « victimes » n’ont pas pris leur petit déjeuner??
    Je me souviens vers 18h00 l’été 2019 en pleine canicule, et en période de travaux du E ( sinon, je ne prends pas le A) , nous étions debout bien entassés et un grand jeune homme  » tournant de l’oeil ».
    Donc, je suppose que la cause était plutôt des conditions de transport innommables qu’un manque de petit-déjeuner.
    Et tout l’été 2019, pendant 6 semaines, les conditions étaient identiques.
    L’été 2020, avec la fin du confinement, comme il n’ y avait pas de touristes et beaucoup de télé-travail, les conditions de transport ont été plus que correctes.

    • Thomas dit :

      En pleine canicule, il est possible que ce soit un coup de chaud. Dans ce cas là, il ne faut pas hésiter à sortir pour prendre l’air et s’hydrater.

Laisser un commentaire

Consultez la charte du blog