Blog en pause

Le blog est en pause jusqu’au vendredi 2 septembre inclus. La publication des articles et de vos commentaires reprendra dès le lundi 5 septembre.

[L’entretien du RER A #3] La maintenance des trains

Dans cette série de billets, je vous invite à découvrir les coulisses de l’entretien du RER A. Aujourd’hui, la maintenance des RER A.


Dans le cadre de l’exploitation du RER, la sécurité ferroviaire implique un entretien rigoureux et régulier du matériel. Le RER A est la seule ligne RER qui est équipée de 3 ateliers de maintenance courante et d’un centre de dépannage des trains et la première ligne d’Europe en terme de fréquentation voyageurs. Chaque jour, les trains de la ligne A parcourent l’équivalent d’un tour du monde, ce qui nécessite une surveillance régulière.

Nous avons trois types de maintenance :

  • La maintenance corrective : C’est la maintenance appliquée lorsqu’un soucis est détecté sur un de nos trains. On va alors venir réparer/changer ce qui ne fonctionne pas.
  • la maintenance préventive : C’est le passage cyclique obligatoire pour l’ensemble de nos trains. C’est en quelque sorte la révision que l’on fait selon le kilométrage du train.
  • La maintenance prévisionnelle : C’est la maintenance qui permet d’anticiper les pannes. Avec l’arrivée du MI09, nous avons maintenant des outils permettant de connaitre à distance l’état des trains. Lorsque l’un d’entre eux nous remonte un soucis, on planifie alors une opération de maintenance (on en parle dans le prochain article maintenance).

Où sont les ateliers de maintenance ?

Plusieurs ateliers ont pour mission d’assurer la maintenance des rames :  Achères, Sucy-en-Brie, Rueil-Malmaison et Torcy.

La maintenance courante est réalisée dans ces trois Ateliers de Maintenance des Trains (AMT) répartis sur les trois branches RATP et un Centre de Dépannage des Trains « CDT » à Achères sur la branche SNCF de Cergy-le-Haut.

Quelles sont les étapes ?

Il n’y a pas à proprement parler d’étapes mais plutôt des situations spécifiques.

Concernant la maintenance corrective, elle va être appliquée dès lors qu’un signalement va nous être remonté. Ce signalement peut provenir d’un conducteur qui s’aperçoit que quelque chose fonctionne mal, ou directement du train qui envoie une information au système d’aide à la maintenance. Ces alertes sont recensées dans nos outils ce qui permet de planifier une visite en atelier si la panne n’est pas bloquante. Si cette dernière ne permet pas de faire circuler le train en toute sécurité, le train est alors immédiatement envoyé en atelier pour réparation? Afin de minimiser l’impact sur l’exploitation, on envoie dans la foulée un train depuis les garages pour continuer le service voyageur.

Les techniciens vont, par la suite, pouvoir effectuer un diagnostique, estimer le temps d’immobilisation nécessaire à la réparation et enfin, réparer la panne. Pour finir, le train sera remis en circulation dès lors que l’ensemble des indicateurs seront au vert.

La maintenance préventive va être planifiée en fonction des kilomètres parcourus par le train ou du cycle de vie de l’équipement, le pas moyen dépend du type de matériel, par exemple : 16 000 km pour le MI2N et 20 000 km pour le MI 09. C’est ce qu’on appelle le « pas de maintenance ». La fréquence de passage en atelier est de l’ordre de 6 à 8 semaines (hors avarie). Et oui, nos trains roulent beaucoup ! Nous faisons très attention à la surveillance des kilométrages de nos trains. Si ce dernier atteint les km du pas de maintenance, il ne peut plus circuler avec des voyageurs.

C’est pourquoi, avant qu’un train arrive à ce kilométrage, il est « commandé » en atelier de maintenance. Le CCU organise alors le garage du train vers l’atelier désigné.

Pour mieux comprendre, il suffit d’imaginer cette maintenance comme une visite de révision pour votre voiture. On va s’assurer que tout fonctionne correctement et changer les organes qui arrivent en fin de cycle de vie. L’ensemble des opérations de maintenance sont tracés dans une GMAO (Gestion Maintenance Assistée par Ordinateur) qui assure la traçabilité des interventions.

Et pour la maintenance prévisionnelle ? Il y a énormément de choses à dire à ce sujet, tellement que je vous prépare un billet dédié à paraître la semaine prochaine.

Des questions ? N’hésitez pas à les poser en commentaires.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Consultez la charte du blog