Suite à un mouvement social le jeudi 19 avril, le trafic est perturbé sur le RER A. Retrouvez toutes les informations de circulation ici (cliquez sur +)

Le jeudi 19 avril, 1 train sur 2 sur les branches Cergy/Poissy et 3 trains sur 4 sur le reste de la ligne A.

 

Vous pouvez également télécharger les fiches horaires prévisionnelles, ci-dessous:

->Direction Boissy -Saint-Léger – Marne-la-Vallée/Chessy, cliquez ici
->Direction Cergy – Poissy – Saint-Germain-en-Laye, cliquez ici

Nos agents en gare sont également disponibles pour plus de renseignements.

Et pour l’information trafic en temps réel, suivre le fil Twitter de la ligne @RER_A.

+

Découvrir

24

Aider et accompagner les sans-abris présents dans nos gares

26032018

Avec des chutes de neiges importantes et un pic de froid du 26 au 28 février, cet hiver 2018 a été particulièrement difficile pour les sans-abris. Dans ces conditions, ils sont nombreux à se réfugier dans les gares de la ligne et en particulier dans nos gares parisiennes.

Si la prise en charge de ces personnes est principalement du ressort des pouvoirs publics avec qui les agents de la ligne A travaillent au quotidien, ces derniers restent leur premier contact et les accompagnent vers une prise en charge. Pour en discuter, j’ai rencontré Daniel, Sébastien, Elodie, Aurélie et Priscilla, une équipe d’agents dédiée à la lutte contre la fraude, la canalisation des flux de voyageurs en gare, mais également la gestion et la sécurisation des espaces.

Ainsi, prendre contact avec les personnes en difficulté qui séjournent en gare, les écouter et leur proposer de l’aide, en faisant le lien avec le Recueil Social de la RATP, fait aussi partie de leur rôle. Avant de les accompagner à Nation pendant l’un de leurs « tours de gare », ces cinq agents m’ont parlé de cette mission à la fois délicate et essentielle.

 

Sophie : Aller à la rencontre des personnes en difficulté en gare, cela fait partie des missions des agents ?

Daniel : Nous sommes responsables de tout ce qui peut se passer dans nos espaces. De ce fait, en faisant le tour d’une gare pour vérifier que tout fonctionne, comme ce soir, on va aussi à la rencontre des sans-abris. C’est nécessaire pour voir comment ils vont et pour leur sécurité en cas d’évacuation, par exemple. Nous essayons de discuter avec eux, de les inviter à rencontrer le « Recueil Social » ou à se rendre directement dans des centres d’accueil. Pour leur bien, il ne faut pas qu’ils séjournent trop longtemps dans la gare. Ils n’ont plus de notion de jour et de nuit en sous-terrain, c’est un facteur aggravant de désocialisation. D’ailleurs, ce n’est pas un lieu adapté pour séjourner, que ce soit en termes d’hygiène ou de sécurité.

Sébastien : Nous discutons avec eux, d’abord pour nous assurer qu’ils vont bien. Notre rôle c’est aussi de les inciter à se rendre dans des lieux d’accueil de jour ou de nuit. On peut notamment les orienter vers l’un des bus du Recueil social de la RATP, qui fait le tour des stations et gares 24h/24 365 jours par an.

Sophie : C’est-à-dire que la RATP leur propose une prise en charge ?

Aurélie : Oui. En 1994, pour venir en aide aux sans-abris qui séjournent sur son réseau, la RATP a créé une équipe d’agents, nommé le Recueil social. Ces agents volontaires** y ont pour mission, au quotidien, d’entrer en contact avec eux. Ils leur proposent leur aide. Le Recueil social dispose notamment de bus qui font effectivement le tour des gares et des stations de métro tous les jours, pour conduire ceux qui le souhaitent vers ces structures où ils peuvent se reposer, se laver, se restaurer et même être prise en charge par des travailleurs sociaux.

Sophie : Et vous, quelles sont vos relations avec ces personnes en difficulté ?

Élodie : Nous, on travaille sur la ligne A et ces personnes on les voit régulièrement. On ne peut pas rester indifférents, parce que l’on discute avec eux au quotidien. On les connait.

Daniel : A Nation, il y a une dame qui elle fait des mots croisés toute la journée, pour s’occuper. Forcément, une journée, c’est long quand on vit dehors… Elle ne dort pas là, par contre, mais on ne sait pas grand-chose d’elle, parce qu’elle ne nous parle pas.

Sébastien : Pour évoquer une belle histoire, malgré tout, il y a quelques temps, un jeune homme qui passait en gare est venu remercier l’un de mes collègues. Alors qu’il traversait une période difficile de sa vie, mon collègue lui avait donné des conseils pour trouver du travail et ça a fonctionné : il a retrouvé du travail et même un logement ! C’est ce qu’il était venu dire à mon collègue, ce jour-là.

Bien sûr, ça ne se passe pas toujours comme cela, mais même en côtoyant des situations difficiles au quotidien comme on le fait dans notre métier, on reste humain. Un « happy end* » ça nous touche d’autant plus que c’est plutôt rare… Forcément !

Daniel : Cela dit, il y a plusieurs catégories de personnes qui circulent dans les espaces. La mendicité est interdite, donc les vendeurs à la sauvette, eux, on leur demande de partir. Et puis, il faut aussi, et même avant tout, nous assurer de la sécurité de tous les voyageurs. Quand certaines personnes sont en état d’ébriété très avancé, par exemple, et peuvent présenter une menace pour nos voyageurs, nous demandons, bien sûr, une intervention des équipes de sûreté.

Sophie : Priscilla, cela fait peu de temps que tu as rejoint l’équipe, comment cela se passe pour toi ? C’est une mission qui peut ne pas être évidente…

Priscilla : Cela fait seulement quelques mois que j’ai été embauchée et, en effet, c’est difficile d’être confrontée à des situations aussi complexes. Mais, encore une fois, nous, nous sommes là pour aider ces personnes si elles en ont besoin, et nous avons l’appui du Recueil social qui connaît parfaitement ces problématiques. C’est aussi notre travail de faire ce lien et de trouver des solutions pour que les personnes sans-abris sortent des gares et soient prises en charge comme il le faut, en surface. C’est cela qui nous motive, nous aussi ! Pour autant, il nous arrive de nous faire insulter par ces personnes fragiles… On est obligé de se forger une carapace. C’est la raison pour laquelle nous sommes formés pour participer à des missions comme celles-là.

 

Ce soir-là, à Nation, la dame aux mots croisés était bien sur le quai.

 

Sur les branches Cergy et Poissy de la ligne, les agents peuvent venir en aide à une personne qui serait en grande difficulté, en lien avec les services sociaux de la municipalité ou avec le Samu social.

 

 

 

** Ils sont 66 au total.
* »une fin heureuse« 

À lire également

Auber se met au diapason

Laisser un commentaire

Publier un commentaire signifie agréer la charte du blog.
Vous souhaitez contribuer sur un sujet qui n'est pas celui du billet ? Proposez votre sujet à l'auteure.

  • Marine

    Bonjour,

    Encore une bien belle journée aujourd’hui, entre les bagages oubliés, les trains en panne, malaises voyageurs, et problèmes de voies !
    Et le numéro complémentaire : travaux encore ce soir !
    Surtout ne changez rien, vous étiez au top, la ponctualité est au top, vos trains sont au top, toutes vos installations sont au top, vous faites un boulot au top !

    Et encore une fois, communication aussi au top, à devoir aller sur Twitter pour avoir des infos.
    Bravo !

    • lolo

      bonjour Marine,
      je suis tout à fait d’accord avec vous!

      • Marine

        Apparemment eux aussi parce qu’entre hier et aujourd’hui ils nous font encore de belles performances

  • Brijou

    Bonsoir effectivement aujourd’hui a été une journée horrible pas d informations pas d affichage à part sur Twitter mais que s est il passé ? L article sur l accueil des SDF est comme d habitude bien fait et intéressant mais franchement aujourd’hui je suis fatiguée et fâchée je n ai pas trop envie d être aimable désolée

    • Sophie

      Bonjoru Brijou,

      Je suis désolée. Effectivement, lundi, du fait d’un colis suspect la circulation a du être interrompue sur le tronçon pendant 50 minutes… Le trafic a été très impacté pendant toute la matinée. Je transmets votre message à mes collègues de l’information voyageurs pour essayer de comprendre ce qu’il s’est passé.

      Bien à vous,

      Sophie

  • Malovelance

    Bonjour Sophie,
    Ma question est hors sujet, sans vouloir manquer de respect à votre article.
    J’ai une question à vous poser, hier vers 14h10, j’ai vu un train sans arrêt en gare de La Défense se dirigeant vers Marne La Vallée Chessy, figurez-vous qu’il s’agit d’une MI84, le 8427-8428 pour être plus précis, jusque là, rien de surprenant, mais je l’ai aussi vu circuler aujourd’hui vers 15h30, le même MI84 8427-8428, allant aussi jusqu’à Marne-La-Vallée Chessy en provenance de Saint Germain en Laye.
    Je suis donc curieux de savoir ce qu’il faisait là, un petit brin de nostalgie ? Il m’est déjà arrivé de voir des MI79 à Nanterre-Université cet été, probablement pour se rendre au dépôt de Rueil, mais cette MI84 venait de St Germain, vu la lettre de son code mission WQWZ. Pouvez-vous m’en dire plus SVP ?
    Cordialement,

    • Sophie

      BOnjour Malovelance,

      Les trains à 1 seul niveau, les MI84, ont en effet quitté la ligne A depuis l’année dernière.
      Si vous avez pu en apercevoir un malgré tout, c’est probablement celui (le seul) qui est utilisé pour le contrôle des voies. Il roule sans voyageur.

      Bien à vous,

      Sophie

      • Jeff94210

        Bonjour

        En effet il en reste un qui dort sur les voies de garage de La Varenne. C’est l’élément 8427-8428.

  • Régulièrement en Retard

    Bonjour
    Encore un bel exemple d’informations défaillantes et de prévisions aléatoires ce mercredi matin à Conflans fin d’Oise.
    Des horaires de passage fantaisistes affichés sur les écrans, une gestion toujours aussi médiocre d’un incident avec des délais de retour à la normale reportés. La soit disant robustesse ne change pas grand chose, voyager sur cette ligne s’apparente toujours à un chemin de croix.

    • Sophie

      Bonjour Régulièrement en retard,

      Pouvez vous me préciser ce qu’il s’est passé précisément. Je pourrai ainsi en informer mes collègues pour chercher à comprendre ce qui a pu se passer.

      merci

      SOphie

      • Régulièrement en Retard

        Je ne comprends pas votre question,vous me demandez ce qu’il s’est passé?.
        Plus de trains L, des suppressions et des retards de RER en raison d’un « acte de malveillance à fin d’Oise ».
        Pourquoi ne pas proposer aux voyageurs d’emprunter le train de la ligne J pour rejoindre Saint Lazare dès lors que les quelques RER en circulation étaient bondés?
        Par exemple
        A 7h21 l’affichage annonçait un RER pour Boissy dans 12 minutes alors que celui-ci est passé à 7h40…Or il y avait possibilité de prendre un train pour Saint Lazare en gare haute à 7h28…
        Rien est fait pour faciliter la vie des usagers, c’est système D et débrouille, la communication est défectueuse.

  • Zuma

    Toujours aussi constructifs et passionnants à lire les commentaires des fidèles « rageux » du blog…

  • Régulièrement en Retard

    Merci pour le RER UZAN de 16h38 à La Defense supprimé sans infos (trafic normal bien évidemment…).
    Belle journée…

  • carolm

    Bonsoir Sophie, en passant tous les jours par la gare Auber, je suis bien consciente du problème de sans-abris dans cette gare, surtout côte Opéra où ils ont l’habitude de dormir et de faire leurs besoins dans les couloirs. Les équipes de la RATP, que font-ils si ces personnes n’acceptent pas une prise en charge? Quelles solutions sont envisagées par la RATP pour les odeurs (et parfois des choses bien pire) qu’on trouve dans cette gare? Cdlt Carolm

    • Sophie

      Bonjour Carolm,

      Pour que les sans abris suivent le Recueil social, il faut que les personnes acceptent. C’est un travail social et non répressif évidemment.

      Mais le fait que le Recueil travaille 24h/24 via des équipes qui se succèdent, et même si une personne refuse une aide à un instant, cela lui sera proposé à nouveau dans la journée et les jours qui suivent. Il faut parfois un peu de temps pour créer un lien de confiance avec les équipes!

      Il est important bien sur de leur proposer une structure plus adaptée.

      Bien à vous,

      Sophie

      • carolm

        Bonjour Sophie, et merci de ce retour, mais ma deuxième question reste sans réponse…
        Apparemment les sans-abris qui n’acceptent pas une prise en charge ont le droit de rester dans la gare 24/7, c’est bien le cas?
        Alors dans l’absence des toilettes dans la gare, que fait la RATP pour le prb des odeurs et des déchets? cdlt Carolm

      • Sophie

        Bonjour Carolm,

        Nos équipes mettent tout en œuvre pour les convaincre pour toutes les raisons que j’ai pu évoquer précédemment, et notamment pour des questions d’hygiène.

        Bien à vous,

        Sophie

      • carolm

        Bonjour Sophie, je vous relance : Quelles solutions sont envisagées par la RATP pour les odeurs (et parfois des choses bien pire) qu’on trouve dans cette gare? Cdlt Carolm

      • Sophie

        Bonjour Carolm,

        Les équipes propreté de la ligne m’ont confirmé qu’elles avaient bien conscience de cette problématique. Nous avons ainsi renforcé nos actions de nettoyage et de traitement des mauvaises odeurs dans cette gare. Soyez assurée que nous faisons notre maximum quotidiennement pour que ces désagréments soient traités le plus rapidement possible.

        Bien à vous,

        Sophie

  • brijoudu93

    ce petit message pour répondre à Zuma qui parle des « rageux » du blog, je ne veux, bien entendu, pas ouvrir de polémique mais qu’entend – il (elle ?) par rageux ?
    bonne fin de journée

  • Pepinieriste

    Excellent le Uzan…
    Sinon, un mot sur les sans-abris, propos de ce fil?